e-mail : liberturiges(at)ouvaton.org

 La liberté d'expression baillonnée !

La fronde s'installe, les murs de la ville après quelques indécisions ont repris le chemin de l'information artistique et d'opinion avec en prime une contre campagne sur l'affichage sauvage !!

Il faut dire que la municipalité a fait fort comme propagande ; l'affichage sauvage à Bourges ça suffit ! Forte de cette formule simpliste la mairie tente de faire disparaître les collages d'infos sur les murs de la ville.
Croit-elle vraiment pouvoir s'affranchir de son obligation de mettre à disposition des assos et courant d'opinion des surfaces d'affichages ?

Jusqu'ici les colleurs n'avaient pas de problème de lieux, les mobiliers urbains, les boutiques fermées, … étaient leurs lieux de collages privilégiés, mais aujourd'hui avec cette campagne assortie de contraintes financières (750 euros de forfait pour qui se fait prendre) quelle place leur laisse t-on pour s'exprimer ?

 

Rien !!

Et pourtant ! La mairie aurait dû avant de déclarer arbitrairement la guerre aux affichages libres et gratuits de se prémunir des retours de bâtons !

En se référant à la Loi n°79-1150 du 29 décembre 1979 (Publiée au JORF du 30 DECEMBRE 1979) , article 12 Le décret n°82-220 du 25 février 1982 , il en ressort que :

la ville de Bourges se doit de fournir un total de 48 m2 répartit équitablement sur les quartiers, l'éloignement des panneaux ne doit pas être à plus de 1000m de l'habitant de le plus excentré du quartier, dans le cas contraire un doublement des panneaux doit être fait !

Puisque la mairie s'enferme dans sa campagne et ne désire pas proposer d'autres solutions pour l'affichage libre et gratuit, il est normal que les assos de toutes obédiences se rebellent et ne tiennent pas compte de l'interdiction de l'affichage libre et gratuit franpant les murs de Bourges.

Le collectif des libertaires approuve largement les frondeurs, si la municipalité veut des murs sans affiches, qu'elle donne des mobiliers urbains dévolus à cet usage avant d'interdire !!

Nous avons droit à 48 m² exigeons-les !

Nous appellons tout individu ou groupe d'individus à recouvrir les murs et mobiliers urbains afin de dénoncer les pratiques antidémocratiques de la mairie et son évidente malhonneteté face à la loi !!