e-mail : liberturiges(at)ouvaton.org

Pour une sortie immédiate du nucléaire !

À Paris le 17 janvier 2004, a eu lieu une manifestation pour exiger l'abandon de tout projet de construction de nouveaux réacteurs nucléaires, pour la mise en oeuvre immédiate d'un plan ambitieux d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables et pour un véritable débat sur les choix énergétiques. Le projet du nouveau réacteur nucléaire, l'EPR qui présente les mêmes défauts que les réacteurs précédents (production de déchets nucléaires, risques de catastrophes, vulnérabilité aux attentats, prolifération ), entraînerait la fin de toutes alternatives énergétiques. Ce rassemblement appelé par des associations et des organisations politiques et syndicales a réuni entre 10000 et 15000 personnes.

Une autre école, une autre société…oui mais dans un environnement irradié et pollué il est difficile de s'épanouir et de s'émanciper.

Que ce soit dans les organisations syndicales ou politiques, il est nécessaire d'avoir une vue globale de la société. Vouloir construire une société égalitaire et démocratique sans prendre en compte la dimension écologique est illusoire voire inutile.

Pour cela un arrêt immédiat du nucléaire est indispensable et possible.

Indispensable…

-car le risque d'accident majeur devient de plus en plus important avec le vieillissement des centrales en fonctionnement. De plus, EDF a pris la décision de diminuer les crédits alloués à la sécurité et d'augmenter le temps d'activité de ses vieux réacteurs de 10 ans ! Ce choix permet de faire des économies importantes pour attirer un peu plus les investisseurs privés.

Retraiter n'est pas recycler

-car les déchets nucléaires ne cessent de s'accumuler. Aucune solution sérieuse n'est envisageable pour s'en débarrasser. L'enfouissement des déchets n'est pas une solution, les études réalisées sur les sites d'enfouissement ne prévoient ni l'évolution géologique, ni la résistance des chambres de stockage à l'érosion pendant les quelques milliers d'années nécessaires à la dégradation des déchets. Le plutonium est la matière la plus dangereuse que l'homme n'ait jamais créée. Inhaler 30 millionièmes de gramme de plutonium est une cause certaine de cancer du poumon et quelques kilogrammes suffisent pour la fabrication d'une bombe nucléaire.

-car le nucléaire et son lobby ont bien du mal à cohabiter avec la démocratie et le bien être de tous. Le nucléaire a été imposé et il perdure malgré une opinion publique majoritairement pour la sortie du nucléaire (selon un sondage Ifop réalisé le 13 novembre 2002, 61% des français souhaitent la sortie du nucléaire). Les usagers et les employés d'EDF n'ont jamais été consultés sur les orientations énergétiques françaises! EDF et la Cogema dans leurs spots publicitaires pratiquent du lobbying pour fausser tous les débats et imposer le chauffage électrique (76% de perte). Ces pratiques de propagande sont illégales (décret du 27 mars 1992). Le comble est que tout ce qui concerne les matières nucléaires est secret défense depuis le 24 juillet 2003.

Possible…

Une sortie immédiate est possible. L'argument, selon lequel le nucléaire est la solution à l'effet de serre, ne tient pas. Si l'on prend en compte la recherche et l'extraction du minerai, les travaux de construction des centrales, le transport des déchets, le nucléaire produit bel et bien du CO2 (1kWh nucléaire produit 28g de CO2, on est loin du zéro vanté dans les campagnes publicitaires d'EDF). De plus un abandon du nucléaire, remplacé transitoirement par les centrales à charbon ou à gaz déjà existantes, n'augmenterait que de 0,2 à 0,3% l'effet de serre planétaire. Cette substitution par les centrales à charbon ne serait que transitoire pour rattraper le retard en ce qui concerne l'installation et la recherche vers les énergies renouvelables (le nucléaire monopolise 90% des crédits de recherche).

Les énergies renouvelables sont au point : un programme de production éolien du même coût que l'EPR produirait 2,3 fois plus d'électricité et 5 fois plus d'emplois ! La sortie progressive allemande a déjà créé 120000 emplois grâce à la mise en place des énergies renouvelables. Le service public d'énergie n'a pas besoin du nucléaire pour maintenir ses emplois !

Il est nécessaire de développer et de valoriser toutes les alternatives au nucléaire que ce soit le solaire photovoltaïque ou caloporteur, l'éolien, la géothermie, l'hydroélectrique…En parallèle de ces alternatives, nous devons réaliser des économies d'énergies (il faut arrêter de se chauffer à l'électricité(énorme gaspillage), développer les transports en commun et leur gratuité,…), la production d'énergie doit être proche des lieux de consommation ce qui annule les pertes liées au transport.

Cette production doit être gérer directement par les travailleurs, par les populations locales et les usagers.

Il est important de continuer de lutter pour un service public de l'électricité sans nucléaire, gratuit, et contrôler par la population.